Microsoft s’adapte aux lois antitrust de l’Union Européenne

Dès Octobre prochain, les accords de licence et autres changements rendront les négociations entre les concurrents et Microsoft plus simples, le géant tech américain étant accusé de position antitrust par les régulateurs européens.

« Dès le premier octobre 2022, Microsoft appliquera de manière significative des mises à niveau de notre outsourcing et termes d’hébergement qui bénéficieront aux clients partout dans le monde », a déclaré le groupe sur son blog.

Ces mesures sont destinées à permettre à la concurrence cloud de Microsoft de proposer davantage leur service, après que des plaintes ont été déposées par des fournisseurs de service, majoritairement européens. Les clients bénéficieraient actuellement de prix plus élevés, pratique apparentée à un « abus de pouvoir ».

Dès le mois d’avril, des plaintes venant d’Italie, du Danemark avaient été déposées pour pratiques antitrust du géant tech. En parallèle la Commission Européenne aurait envoyé un questionnaire aux fournisseurs de service de cloud pour déterminer si Microsoft détenait une situation de monopole sur son marché.

L’Union Européenne avait alors déclaré que « la Commission dispose d’informations selon lesquelles Microsoft pourrait utiliser sa position potentiellement dominante sur certains marchés de logiciels pour empêcher la concurrence concernant certains services de cloud computing ».

Brad Smith, président de Microosft avait alors déclaré : « Je ne pense pas qu’il y ait eu quoi que ce soit de proche du niveau de dialogue que nous devons poursuivre pour résoudre ce problème « .

La position du groupe a évolué vers plus de souplesse, face aux autorités de régulation européenne, qui ont fait payer 1.6 milliards de dollars d’amende au groupe.

Le fournisseur cloud français OVH a déclaré en juillet dernier que « par sa position dominante dont il abuse, Microsoft porte atteinte à une concurrence juste et limite le choix du consommateur sur le marché des services de cloud computing ».

Crédit photo : DR

Commenter