Xiaomi subit un ralentissement de son activité

Le fabricant chinois de smartphones Xiamo Corp a annoncé une chute de son chiffre d’affaires pour le premier trimestre, principalement en raison de la baisse de la consommation intérieure et du climat géopolitique et sanitaire actuel.

Selon les informations du cabinet spécialisé Refinitiv, son chiffre d’affaires a chuté de 76.88 milliards de yuans à 73.35 milliards de yuans (10.85 milliards de dollars) sur un an; un chiffre légèrement inférieur aux prévisions des analystes. Les pertes sur la période se chiffreraient à 530.7 millions de yuans, alors que l’entreprise avait réalisé des bénéfices de 7.79 milliards de yuans un an plus tôt sur la même période.

Selon Xiaomi, ses livraisons de smartphones ont chuté de 22.1% à 38.5 millions d’unités pour le premier trimestre de 2022; en cause selon le groupe, la résurgence du Covid-19 en Chine et les confinements qui ont suivi notamment à Shanghai, poumon économique pour l’industrie, ainsi que le conflit en Ukraine, des facteurs qui devraient continuer de peser sur les prochains résultats du groupe.

«Durant le premier trimestre, l’ensemble de l’industrie a fait face à des problèmes, d’abord avec une pénurie de composants, puis avec la résurgence du Covid-19, ainsi que l’impact sur l’environnement macro-économique,», a souligné le Président de Xiaomi Wang Xiang dans un communiqué. «Ces difficultés ont porté un coup sévère à notre activité.»

Le marché chinois des smartphones dans son ensemble est impacté par la conjoncture globale, marquée par les perturbations des chaînes d’approvisionnement; les ventes de smartphones sont en net recul (-14%) avec 74.2 millions d’unités vendues durant le premier trimestre de 2022, les plus mauvais chiffres depuis 2020.

Plusieurs fabricants locaux  – parmi lesquels Vivo ou Oppo – comptent d’ores-et-déjà réduire de 20% les commandes auprès de leurs fournisseurs pour les trimestres à venir, en raison des prévisions de conjoncture à moyen terme, selon une information d’Asia Nikkei.

Source : Reuters

Crédit photo : DR

Commenter